Accueil » Paroisses » Lucéram » Rencontre avec le prêtre Serge

Rencontre avec le prêtre Serge

Nos prêtres sont tous différents et ils ont tous leur histoire avec le Seigneur, individuelle, passionnante, réjouissante… et ils en ont fait quelque chose.

Serge est au-delà de tous les pré-jugés que vous pourriez avoir : cheveux longs, tatoué, biker, messe en latin, chercheur de trésors, marié… et encore plein de surprises ci-dessous :).

A la naissance, un handicap : il en fait une vie de combats pour les plus fragiles

Serge Beninati est né avec 2 pieds bots (grosse difficulté à rester debout longtemps et à marcher longtemps).
Ce handicap l’a aidé à comprendre la souffrance.

Depuis tout petit, il a défendu les petits, les fragiles, les souffrants. Ses surnoms à l’école étaient Zorro et Robin des Bois.

Avec ce handicap, il a compris que la vie n’était pas ce qu’on lui imposait, mais qu’elle serait ce qu’il voudrait qu’elle soit.

De ses erreurs : il a le courage d’appeler à l’aide et d’écouter la réponse

Après des ennuis avec la justice, Serge est allé sur le pont de Draguignan et voulait sauter… dans un dernier espoir, il a levé les yeux au ciel et a interpelé Dieu : « si vraiment tu existes, envoie moi quelqu’un ! »
Et quelqu’un est arrivé, l’a pris en stop et l’a ramené jusqu’à chez lui. Une fois arrivé, le gars a voulu prier pour lui : il était pasteur.

Serge s’est alors trouvé face à Dieu et a pleuré longtemps : il venait de comprendre qu’il n’était pas le plus fort, qu’il pouvait arrêter de se battre contre tout et lui-même (laissant Dieu entrer en lui, il en venait à accepter qui il était).

De multiples talents, de multiples amours : il cherche

Serge a fait tellement de choses, qu’il est impossible de tout lister ici : il a publié des romans, des recueils de poésies, des contes pour enfants, un livre ésotérique sur les runes vikings, mais il est aussi photographe, sculpteur, a été organisateur de mariages druidiques, chercheur de trésors un peu partout… Il s’est marié 3 fois et est avec sa dernière femme depuis 15 ans.

Depuis il essaie de rentrer dans le droit chemin : petit à petit il avance et se construit, il a compris qu’il devait s’occuper des petits.
Il se sent plein d’amour pour les autres.

« La véritable Église est l’amour des petits. »

Sa résurrection : le sacerdoce

Toujours en recherche, Serge va à une conférence d’un prêtre exorciste il y a 5 ans. Séduit, il l’a suivi et a été formé par ce prêtre de l’Église Vieille catholique (en latin, selon le rite de cette Église) : Serge est devenu prêtre exorciste, et ça a tout changé.

Il a une vie d’homme, vécue comme un homme, et il est prêtre parce que Dieu l’a accueilli.
Aujourd’hui il continue sa vie d’homme et essaie de s’améliorer chaque jour.

Enfin il sent que son but est atteint. Il respire à fond : l’air est là, il vit pleinement.

Cela n’empêche pas les vicissitudes des hommes, bien sûr, mais elles sont désormais portées par Dieu.

Et puis des éléments l’ont gêné dans l’Église où il était : il a fini par partir.
Il connaissait notre évêque Laurent Lenne, qui correspondait davantage à son image de chrétiens : pas de discrimination (riches, pauvres, noirs, blancs, homos…), pauvreté (cohérence entre la charité avec les pauvres et le travail des prêtres)… Serge a rejoint l’Église Apostolique Œcuménique en mai 2019.

Des grands cœurs en moto

A un salon du tatouage, Serge rencontre des bikers qui vendaient des tours de moto pour financer une salle de cinéma pour des orphelins : il les a aidés et ne se quittent plus depuis.
Les bikers n’étaient pas tous croyants, mais l’amour convertit les cœurs : ils viennent désormais communier régulièrement, se marier, baptiser leurs enfants…

Ne reprochez pas à Serge de ne pas célébrer la messe tous les jours, ni même toutes les semaines : il vous répondra que la messe n’est pas de se réunir entre 4 murs pour prier, mais de partager la vie.
La vie de Serge est organisée entre l’eucharistie tous les 15 jours, les mariages, baptêmes, les prières de délivrance (il est aussi prêtre exorciste du diocèse), et puis toujours, les autres dont il prend soin, les bikers avec qui il récolte des fonds pour les orphelins, les soins pour les animaux, et là où on l’appelle…

Des appels, partout, tout le temps, vers l’acceptation de sa mission

Serge a vécu la vie d’un rebelle : depuis tout petit, il s’est toujours rebellé contre tout.

Et un jour il a rencontré la foi.

Aujourd’hui il aime Dieu plus que tout.
Il est conscient que, toute sa vie, Dieu a été présent. Dans les moments difficiles aussi, et c’est ce qui l’a sauvé.

Aujourd’hui, les mots les plus importants pour lui dans sa vie sont : liberté, amour, partage, acceptation.
Qu’il essaie de vivre dans la foi, l’espérance, et la charité.

Sa mission : aimer

Aimer tout le monde : celui qui pue comme celui qui sent bon.

Serge aime être dans le soin de l’autre parce qu’il est dans une relation d’amour.

« Y a que l’amour qui fait la vie, rien d’autre »

Sa paroisse est à Lucéram, près de Nice : n’hésitez pas à passer lui dire bonjour, il vous aimera avec joie.